Pour parier sur le eSport : Opérateur spécialisé

Le marché eSport européen

Le jeu vidéo compétitif est devenu une véritable industrie. Aujourd’hui, le marché eSport mondial est si dynamique qu’il intéresse même le Comité International Olympique. Les entreprises, qui font largement grimper les revenus de ce marché, fleurissent dans le secteur eSport. Le marché eSport européen est d’ailleurs un bel exemple de cette vérité puisque sur les 1,6 milliard de dollars attendus en 2021, plus du quart serait issu d’activités se concentrant en Europe.

À terme, l’ère eSport pourrait bien être européenne

Planisphère de l'Europe

En 2018, SuperData Research a réalisé une analyse pour le compte de PayPal à travers vingt-et-un pays d’Europe. Il en résulte que la Russie, la Suède, la France, l’Espagne, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Portugal et la Belgique sont les places fortes de l’eSport dans le vieux continent. En 2018, le premier regroupait à lui seul 52 millions de dollars de recettes grâce au sport électronique contre 43 millions de dollars pour la Suède et 30 millions de dollars pour la France.

Si l’eSport a facilement séduit le grand public et semble s’installer dans le quotidien des Européens — notamment celui des 15-34 ans —, c’est parce que les plus grandes sociétés investissent lourdement dans l’eSport, à l’image d’ESWC et de certains acteurs français tels que Renault, Volvic ou encore la FDJ. D’ailleurs, en termes d’audience, les pays qui réunissent le plus grand nombre de téléspectateurs sur des matchs eSport ne sont autre que la Russie, le Royaume-Uni et la France. Dans l’Hexagone, les chaînes TV dédiées à l’eSport sont de plus en plus nombreuses : ES1, L’Équipe TV, BeIn… toutes tentent de rivaliser avec l’indétrônable Twitch. Mais alors qu’auparavant, en Europe, l’eSport se développait au sein d'organismes dans plusieurs pays à un niveau purement national, aujourd'hui, les choses sont différentes. Effectivement, fondée suite à la collaboration des douze pays fondateurs de l’eSport en Europe, la Fédération Européenne d’eSport a récemment vu le jour. Cette dernière a pour vocation de devenir un véritable pilier dans le domaine du jeu vidéo compétitif.

Des supporters européens

La European Esports Federation, partenaire modérateur de l’eSport

La European Esports Federation, un organisme à but non-lucratif et totalement indépendant, fait office de partenaire modérateur de l’industrie eSport en Europe. Composée de douze membres appartenant chacun à l’un des pays fondateurs de l’eSport dans l’UE, ladite fédération est régie par la « Déclaration de Berlin ». Celle-ci décrit la définition collective et convenue de ce qu’est l’eSport. Les douze pays membres sont le Royaume-Uni, la Belgique, l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie, la France, la Russie, la Slovénie, la Serbie, la Suède, la Turquie et l’Ukraine. La Fédération Européenne des Logiciels de Loisirs, ESL, StarLadder et bien d’autres étaient également présents à la réunion qui s’est tenue à Berlin en 2019.


Les plus grandes équipes EU

La European Esports Federation, plus qu’une énième association eSport, témoigne d’un engagement fort. Via une fédération européenne, l’eSport peut évoluer librement et dans le respect des normes mises en place par l’Union Européenne. Le but ultime est de faire de l’Europe une région « modèle » en termes de structuration de l’eSport à l’échelle internationale.

Parmi les premières organisations à avoir rendu l’eSport légitime en Europe, il y a d’ailleurs ESL. L’entreprise allemande, qui dispose du plus grand réseau eSport dans le monde entier, a su transformer de petits événements communautaires en tournois retransmis aux quatre coins du globe (notamment l’Intel Extreme Masters et l’ESL One). En effet, l’Europe, c’est 70 millions de téléspectateurs eSport, tout de même !

En matière d’eSport, il n’y a pas que l’Europe qui compte :

Commencez à parier sur le eSport :

Mentions légales
EsportGame - 2020
Contact : [email protected]

Facebook   Twitter

+18 - Vous devez être majeur pour parier de l'argent
Avertissement