Pour parier sur le eSport : Opérateur spécialisé

Parier sur des parties eSport de Battlefield

Présente sur la scène eSport depuis 2005 via Battlefield 2, la licence Battlefield a participé aux balbutiements de la discipline. Faisant face à de grandes contraintes organisationnelles et techniques — les événements en LAN n’opposaient que deux équipes de 8 joueurs —, Battlefield 2 en tant que jeu vidéo compétitif évoluait donc loin des tournois structurés, des stades remplis à ras bord et des grosses opérations marketing que l’on connaît aujourd’hui. Reste que les gamers fans de Battlefield s’affrontaient déjà avec passion et un véritable dévouement.

Procédure rapide pour miser sur Battlefield :

Étape Action
1 Inscrivez-vous chez ce bookmaker
2 Validez votre compte
3 Déposez de l'argent réel
4 Misez sur une game eSport

FAQ rapide :

Comment parier sur Battlefield ?

En premier lieu, inscrivez-vous chez ce bookmaker eSport. Déposez des euros et vous pouvez miser sur les prochaines parties de Battlefield.

Où s'inscrire pour miser sur une partie de Battlefield ?

Vous devez utiliser cet opérateur eSport pour miser sur Battlefield.

Est-il possible de parier en direct ?

Généralement, les opérateurs eSport permettent les paris en live, si la compétition est assez importante.

Quelles sont les conditions pour parier sur l'eSport ?

Vous devez être majeur et ne pas être interdit de jeux d'argent.

Battlefield et l’eSport : une relation en dents de scie

Un fusil d'assault

En 2020, l’éditeur Electronic Arts et son studio de développement emblématique DICE semblent avoir définitivement mis de côté la scène eSport, et ce plus particulièrement dans le cadre de Battlefield. En dépit d’un pool de joueurs vraiment conséquent et d’un potentiel très important en matière de développement, EA ne désire pas propulser son tout dernier FPS militaire en date, Battlefield V, sur la scène compétitive. Il faut dire que Battlefield V s’est mal vendu, ce qui remet en question l’avenir de la franchise.

Pourtant, Battlefield 2 a assisté à la naissance de l’eSport. Quelques années plus tard, en 2011, Battlefield 3, plus grand succès mondial de la licence, profita directement de l’expansion de la branche eSport chez Electronic Arts, ce qui donna lieu à des compétitions organisées dans le monde entier, y compris dans l’Hexagone, à l’image de la Coupe de France BF3 ou encore du Championnat de France BF3.
Mais en 2013, quand sort Battlefield 4, la guerre marketing face à Activision et son Call of Duty est particulièrement féroce. Le phénomène CoD met EA et la licence Battlefield à mal, si bien que le jeu de guerre réaliste en vue subjective commença lentement à s’éclipser… Aussi, depuis la sortie de Battlefield 4, tous les jeux appartenant à la licence Battlefield sont restés très « confidentiels » sur la scène eSport mondiale. Effectivement, que cela soit Battlefield 1 ou Battlefield V, tous semblent être confinés dans les studios ESL One de Cologne, en Allemagne.

Couverture classique de BFV


Informations sur le jeu compétitif :


Electronic Arts a-t-il eu raison d’abandonner les jeux compétititfs ?

Avec Battlefield 1, sorti en 2016 et Battlefield V, sorti en 2018, EA a pris la décision d’abandonner ses investissements dans l’eSport. Les dernières compétitions Battlefield à l’international ont été trop timides pour l’éditeur. Ce choix est donc très probablement délibéré. Reste que bien souvent, le lancement d’un jeu vidéo sur la scène eSport est quelque peu représentatif de son état de santé. En outre, le déploiement d’un jeu sur la scène compétitive permet également de multiplier les ventes, à l’image de Call of Duty: Black Ops III, qui a largement profité de son exposition médiatique lors des événements eSport pour se faire une place de choix.

Screenshot ingame de la version Battle Royale

Tandis que Battlefield V est à l’agonie en termes de ventes et que de plus en plus de joueurs se mettent à bouder le dernier titre développé par DICE, EA peut toujours espérer capitaliser sur son mode Battle Royale sorti en mars 2019, Firestorm, pour relancer Battlefield V sur la scène eSport. Rappelons que ce mode Battle Royale est entièrement gratuit — bien qu’il faille acheter le jeu de base pour en bénéficier.
Cela suffira-t-il à réanimer la licence Battlefield et à apporter un peu plus de lumière sur les perspectives compétitives d’un tel jeu, pourtant riche en qualités ? L’avenir nous le dira, sans aucun doute !

Commencez à parier sur le eSport :

Mentions légales
EsportGame - 2020
Contact : [email protected]

Facebook   Twitter